Loading...

giovedì 13 febbraio 2014

Tant m'abelis ( langue d'oc)

Les troubadours apparaissent à l'aube des premières croisades. L'Histoire parle d'abord de Guillaume IX de Poitiers et d'Aquitaine (1071-1127). Il fut le premier de ces princes poètes qui célébra l'amour courtois (la fin'amor), une constante dans les oeuvres des troubadours.


Là, je vois l'air surpris de celui qui, au fond de la classe, pensait qu'un troubadour c'était un guignol qui allait de château en château pour gagner sa vie en chantant et en déverrouillant à l'occasion la ceinture de chasteté de la châtelaine. Eh bien, non ! Ça c'est le Moyen-Age imaginaire inventé au XIXème siècle; les troubadours sont tous nobles, à peu d'exceptions près. Ils sont la première génération d'intellectuels aristocrates apparus à l'époque médiévale.

Le terme troubadour vient du mot : Trobar qui veut dire : trouver. Cela indique bien leur statut de chercheurs en poésie. Leur musique est monodique et essentiellement chantée en langue d'Oc.

De Guillaume d'Aquitaine à Guiraut Riquier mort en 1298, on recense 450 troubadours pour quelque 2650 chansons dont quelques-unes sont l'oeuvre de femmes troubadours : les trobairitz dont la comtesse Béatrice de Die fut la plus illustre représentante.

J'ai choisi une pièce de Berenguier de Palou, un troubadour né en Roussillon au début du XIIème siècle. Quand on entend cette chanson en langue d'oc si belle, on en vient à regretter de parler notre langue d'oil si peu lumineuse.

Tant m'abelis

Tant m'abelis joys, et amors e chans,
Et alegrier, deport e cortezia,
Que'l mon non a ricor ni manentia
Don mielhs d'aisso'm tengures per benanans;
Doncs, sai hieu ben que midons ten las claus
De totz los bens qu'ieu aten ni esper,
E ren d'aisso sens lieys non puesc aver.

Nessun commento:

Posta un commento